Newsletter

Découvrez toutes nos newsletters
x
découvrez nos newsletters

Sclérose en plaques

La sclérose en plaques est une maladie neurologique auto-immune chronique du système nerveux central touchant préférentiellement l’adulte jeune. Ses manifestations cliniques sont liées à une atteinte des fibres nerveuses du cerveau, de la moelle épinière et du nerf optique (démyélinisation). Les causes restent inconnues.

Services proposés

  • médecine
  • Rééducation
Sclérose en plaque

    Symptômes, quand consulter ?

    Ils peuvent être multiples, retentir sur la vie quotidienne et correspondre à :

    • Des troubles de la motricité : faiblesse musculaire, fatigabilité anormale à la marche, perturbation des réflexes.
    • Des troubles sensitifs : fourmillements, démangeaisons, diminution de la sensibilité du toucher, augmentation de la fatigue sous l'effet de la chaleur.
    • Des troubles de la vision : diminution de l'acuité visuelle ou une névrite optique.
    • Des troubles neurologiques : élocution difficile, maladresse des gestes, instabilité de la station debout...
    • Des troubles génito-urinaires : envie impérieuse d'uriner, incontinence, difficulté à uriner.
    • D’autres manifestations : symptômes de type psychologique (réactions dépressives,  accès de somnolence...)

    Votre diagnostic

    Il s’appuie tout d’abord sur l’examen clinique, l’analyse des symptômes et leur évolution dans le temps.

    Deux examens complémentaires sont possibles pour poser le diagnostic de SEP :

    IRM

    • L’imagerie par résonance magnétique (IRM) permettant de visualiser le système nerveux central et les lésions provoquées par la sclérose en plaque.
    • La ponction lombaire permettant l’analyse du liquide céphalo-rachidien, dans lequel baignent la moelle épinière et le cerveau.

    Les objectifs de la prise en charge

    • Les traitements médicaux qui, pris au long cours, ont pour but de ralentir l’évolution naturelle de la maladie : diminuer la fréquence des poussées et réduire le risque de handicap.
    • Les traitements symptomatiques, dont l’objectif est d’améliorer un symptôme précis (par exemple, la douleur, les troubles de la marche, les troubles urinaires…).

    Votre traitement

    L’équipe pluridisciplinaire organisera  un traitement  qui associera dans un premier temps une prise en charge médicale (en service de neurologie) puis rééducative (en service de rééducation neurologique) et un suivi personnalisé qui permettra une adaptation thérapeutique rapide.

    1. Les traitements médicaux

    Il en existe deux grands types :

    • les immunomodulateurs : ils sont indiqués au début de la maladie à l’inverse des immunosuppresseurs indiqués pour les formes plus évoluées.               

    Les interférons bêta permettent une réduction de la fréquence des poussées et, à court terme, un ralentissement du risque de progression du handicap. Ils sont administrés par injection soit par voie intramusculaire une fois par semaine, soit par voie sous-cutanée un jour sur deux ou trois fois par semaine, dans les formes de SEP évoluant par poussées.

    • Les immunosuppresseurs :

    - Un médicament immunosuppresseur (mitoxantrone) existe pour la prise en charge de formes très actives de scléroses en plaques. Il a permis d’offrir une alternative à des patients dont la maladie n’était plus contrôlée avec leur traitement immunomodulateur. Ce traitement est administré à l’hôpital en perfusion toutes les quatre semaines.         
    - Un nouvel immunosuppresseur (fingolimod) par voie orale existe sur le marché pour les formes très actives de SEP. La première administration doit être faite à l’hôpital pour permettre une surveillance cardiaque rapprochée, suivi d’un renouvellement semestriel à l’hôpital.
    - Il existe d’autres thérapeutiques (comme le natalizumab) réservées à des formes agressives de la maladie et administrées à l’hôpital.             

    2. Les traitements des symptômes

    A côté des traitements de fond, il existe des traitements spécifiques destinés à soulager certains symptômes perturbants la vie quotidienne (fatigue, douleurs, troubles de la marche, troubles urinaires, troubles sexuels, anxiété, tristesse, dépression, spasticité (raideur d’un membre)…

    C’est dans ce cadre que la rééducation en milieu spécialisé prend toute son importance pour lutter contre les handicaps qui peuvent s’installer au cours de l’évolution de la maladie. (Pour en savoir +, aller à l’onglet rééducation).

    Modalités / Contacts

    Sur prescription médicale  de votre médecin traitant  adressée à notre médecin spécialisé.

    CALOT

    .

    .

    INSTITUT CALOT - FONDATION HOPALE
    Rue du Dr Calot
    62 600 Berck-sur-mer / Nord-Pas-de-Calais

    Prendre Rendez vous: 03 62 88 27 00

    Comment venir ?