Newsletter

Découvrez toutes nos newsletters
x
découvrez nos newsletters

Polyradiculonévrite aigue (Guillain barré)

La polynévrite ou neuropathie périphérique est une atteinte des nerfs issus de la moelle épinière et/ou une atteinte des nerfs crâniens. Une des causes les plus connues est la maladie de Guillain-Barré.

Les signes cliniques peuvent se traduire par :

  • Des signes moteurs (paralysie, amyotrophie, disparition des réflexes, …).
  • Des signes sensitifs (douleurs à type de brûlures, d’étau, de décharges électriques, …).
  • Des troubles des sensibilités superficielles, profondes, à la température...
  • Des signes végétatifs (troubles du rythme, troubles digestifs…).

Les tableaux cliniques peuvent être très variés. Le pronostic vital peut être mis en jeu dans certains cas.

Services proposés

  • Médecine
  • Rééducation
Polyradiculonévrite aigue (Guillain-Barré)

    Symtômes, quand consulter ?

    La polyradiculonévrite aiguë évolue en trois phases : extension, plateau, récupération.

    1. La phase d’extension des paralysies

    La phase d’extension des atteintes nerveuses dure le plus souvent quelques jours (et peut être inférieure à 1 jour).Les manifestations sont variées :

    • sensitives : paresthésies, picotements distaux des quatre membres.
    • parésie débutant aux membres inférieurs, rarement des nerfs crâniens (facial, oculomoteur, dysphagie) à la phase initiale ; l’atteinte du cou et du tronc est plus tardive.
    • douleurs (myalgies, radiculalgies des membres inférieurs).

    La gravité de l’atteinte respiratoire (15 à 30 % des patients seront sous ventilation assistée) impose une surveillance attentive en réanimation dès aggravation ou apparition de troubles de la déglutition ou de la phonation.

    2. La phase de plateau

    La phase de plateau est une phase de stabilisation des atteintes nerveuses. De façon synthétique :

    • un tiers des patients garde une capacité à marcher.
    • un tiers est confiné au lit.
    • un tiers nécessite une assistance respiratoire.

    Le déficit moteur est d’intensité variable. L’atteinte des nerfs crâniens est fréquente alors que le déficit sensitif est moins important que ne le laisserait supposer l’importance des paresthésies. L’atteinte du système nerveux végétatif est courante dans les formes sévères (tachycardie, hypotension orthostatique, anomalie de la sudation, constipation).

    La durée du plateau est variable, plus longue dans les formes sévères (jusqu’à plusieurs mois).

    3. La phase de récupération

    La récupération se fait dans l’ordre inverse de l’apparition des déficits.

    Dans certains cas, elle peut durer plusieurs mois. A l’inverse dans d’autres cas, la récupération est parfois rapide sous traitement par immunoglobulines IV.

    L’absence de récupération après 12 à 18 mois peut être considérée comme définitive.

    Votre diagnostic

    Le diagnostic est porté sur l’examen clinique associé à :

    • L’Electromyogramme
    • L’étude du liquide céphalorachidien
    • Autres examens biologiques : Bilan sanguin

    Les objectifs de la prise en charge

    Une surveillance attentive :

    • Lors de la phase d’aggravation, le but est de dépister rapidement tout signe de gravité : dépistage des troubles de déglutition, dépistage de difficultés respiratoires (rythme respiratoire, capacité vitale par spiromètre portable).
    • Lors de la phase de plateau, le but est de dépister rapidement tout signe de complications : troubles végétatifs  (modifications du rythme cardiaque, variation tensionnelle), complication de décubitus (thrombose veineuse, positions vicieuses).

    Une mise en route de traitements spécifiques et symptomatiques.

    Votre traitement

    Traitements spécifiques : Le traitement doit être précoce et en hospitalisation, au mieux dans les deux premières semaines. Deux modalités sont possibles :

    • les immunoglobulines polyvalentes.
    • les échanges plasmatiques.

    Ces deux options thérapeutiques sont d’efficacité équivalente. L’association échanges plasmatiques et immunoglobulines polyvalentes est inutile.

    Traitements  symptomatiques

    • Prévention indispensable des complications de décubitus.
    • Prévention des positions vicieuses favorisées par les déficits.
    • Contrôle de la perte d’autonomie.
    • La rééducation précoce et durable permettra de lutter contre la désadaptation à l’effort. Vous pourrez poursuivre ce programme de rééducation dans notre centre Calvé :Pour en savoir plus, référez-vous à l'onglet "rééducation".

    Modalités / Contacts

    Sur prescription médicale de votre médecin traitant  adressée à notre médecin spécialisé.

    CALOT

    .

    .

    INSTITUT CALOT - FONDATION HOPALE
    Rue du Dr Calot
    62 600 Berck-sur-mer / Nord-Pas-de-Calais

    Prendre Rendez vous: 03 62 88 27 00

    Comment venir ?