Newsletter

Découvrez toutes nos newsletters
x
découvrez nos newsletters

Spondylo-arthropathies

Spondylo-arthropathies

    Spondyloarthropathie

    Qu'est-ce que la Spondyloarthropathie?

    Les spondyloarthropathies regroupent un ensemble de rhumatismes inflammatoires douloureux qui associent des atteintes articulaires, vertébrales et une inflammation de la zone d’ancrage des tendons sur l’os (enthésites) à des manifestations liées à l’atteinte de différents organes.

    Ces maladies touchent 0.5 % de la population, elles ont en commun : de toucher l’adulte jeune (20-30 ans) hommes et femmes, un terrain génétique HLA B27 + mais la SPA n’est pas une maladie génétique (ce gène est normal et reste très fréquent chez les sujets non malades).

    Les différentes maladies sont :

    • La Spondyloarthropathie axiale (anciennement spondylarthrite ankylosante).
    • La Spondyloarthropathie périphérique (atteinte des enthèses périphériques).
    • Le rhumatisme psoriasique.
    • Le rhumatisme lié aux maladies inflammatoires chroniques des intestins (Crohn et rectocolite).

    Symptôme, quand consulter ?

    La spondylarthrite axiale et périphérique

    Elle se manifeste surtout chez l’homme jeune, par des douleurs lombaires et fessières typiquement inflammatoires : avec réveils nocturnes et raideur matinale importante.

    L’atteinte des enthèses aux pieds peut donner des talalgies qui sont fréquentes, parfois une inflammation d’un orteil « en saucisse » (dactylite). Une inflammation oculaire, UVEÏTE, peut être associée.

    L’évolution se fait par poussées dont la fréquence est variable d’une personne à l’autre et répondent aux anti-inflammatoires. Certaines formes sont évolutives et peuvent conduire à une ankylose de la colonne, qui devient rare, et nécessite la mise en route d’un traitement de fond.

    spondylo04

    spondylo03

    Le rhumatisme psoriasique

    Chez les patients souffrant de psoriasis cutané (environ 2 % de la population générale), la fréquence des manifestations ostéoarticulaires inflammatoires est estimée entre 5 et 25 % identique dans les deux sexes. Pas de prédisposition liée à HLA B27. Plusieurs formes cliniques existent :

    • La polyarthrite psoriasique souvent asymétrique et qui atteint les interphalangiennes distales (épargnées dans la polyarthrite rhumatoïde).
    • Une oligoarthrite asymétrique touchant les grosses articulations.
    • Une forme axiale, cliniquement comparable à la spondylarthrite mais radiologiquement différente.

    spondylo01

    spondylo02

    Rhumatismes associés aux MICI

    Chez  10 à 20 % des malades atteints de Crohn ou  de  rectocolite Ulcérohémorragique surviennent des arthrites périphériques. Une forme axiale complète comme la spondylarthrite est plus rare (< 5%).Classiquement, l’atteinte périphérique évolue parallèlement à l’atteinte digestive, contrairement à l’atteinte axiale qui évolue pour son propre compte.

    Diagnostic

    Toute rachialgie (douleur du dos) importante persistante et typiquement inflammatoire avec réveils nocturnes et dérouillage matinal > 1/2h doit faire évoquer le diagnostic.

    Bilan sanguin

    La recherche d’un syndrome inflammatoire biologique par augmentation de la vitesse de sédimentation et de la CRP n’est pas toujours positive et n’exclut pas le diagnostic. Il n’y a pas de marqueurs sanguins spécifiques.

    La recherche du Typage HLA B27 peut se faire en cas de réelle suspicion clinique ; le fait d’être porteur de B27 ne signifie pas que la maladie va se développer.

    L’imagerie médicale

    • Radiographie conventionnelle va montrer des atteintes spécifiques sacroiliaques, vertébrales. Les modifications sont souvent tardives et absentes en début d’évolution.
    • L’IRM permet un diagnostic beaucoup plus précoce et le suivi thérapeutique.
    • L’échographie permet une bonne visualisation des enthésites.

    Objectifs de la prise en charge

    • Diagnostic précoce.
    • Soulager la douleur.
    • Limiter l’évolution structurelle (radiologique) de la maladie.
    • Améliorer le pronostic fonctionnel.

    La prise en charge

    La prise en charge se déroule généralement en hospitalisation complète (quelques jours) dans l’objectif  d’organiser un traitement médicamenteux le plus adapté aux besoins du patient associé à une prise en charge fonctionnelle pluridisciplinaire.

    Traitement médicamenteux

    • Les anti-inflammatoires restent la pierre angulaire du traitement en début d’évolution ; ils agissent rapidement et peuvent être associés à des antalgiques durant le traitement. Si une résistance aux AINS et une évolutivité de la maladie apparait, un traitement de fond pourra être organisé.

    Prise en charge fonctionnelle pluridisciplinaire

    • Diététique : conseils alimentaires dans un contexte de maladie inflammatoire et de perte de poids si besoin en cas d’atteinte rachidienne.
    • Ergothérapeutes : conseils ergonomiques d’économie rachidienne, évaluation fonctionnelle,  conseils sur l’aménagement du domicile.
    • Kinésithérapeutes : évaluation de l’enraidissement et des capacités musculaires. Exercices visant à lutter contre la cyphose dorsale, exercices d’assouplissements et lutter contre le déconditionnement.
    • Accompagnement personnalisé vers un retour socioprofessionnel  ou vers le retour à domicile .

    Modalités / Contacts

    Sur courrier de votre médecin traitant vers nos rhumatologues experts.

    Insitut Calot

    .

    INSTITUT CALOT - FONDATION HOPALE
    Rue du Dr Calot
    62 600 Berck-sur-mer
    Nord-Pas-de-Calais

    Comment venir ?

    .

    Hospitalisation (Demande – Programmation) :

    • Secrétariat : 03 21 89 25 12.

    Consultations rhumatologie :

    • Dr FAUQUERT : 03 21 89 40 97
    • Dr GREGOIR : 03 21 89 40 93
    • Dr LABBE: 03 21 89 40 95
    • Dr MAGIRESCU : 03 21 89 40 94
    • Dr MARGUERIE : 03 21 89 40 96
    • Dr DESBONNETS : 03 21 89 33 62
    • Dr HOCHART : 03 21 89 41 55
    • Consultations d'Ostéodensitométrie :03 21 89 41 55

    Liens vers associations