Newsletter

Découvrez toutes nos newsletters
x
découvrez nos newsletters

Docteur Baert : quel déroulement pour une prothèse de hanche ?

Docteur Baert

Avec un 4ème rang national pour la prise en charge chirurgicale de la prothèse de hanche, l’Institut Calot est une fois de plus représenté dans le classement Le Point 2014. L’occasion pour le Docteur Baert – chirurgien orthopédiste à l’Institut Calot – d’expliquer le déroulement de la prise en charge et les raisons de cette bonne place pour la prothèse de hanche à Hopale.  

.

Hyperspécialisation, réduction des délais d’intervention et faibles taux d’infection

Selon le chirurgien, la répétition du même acte chirurgical permet de développer une hyperspécialisation, et donc une 

très bonne prise en charge du patient. Il appelle cela « la force par le nombre » car « plus l’on réalise d’actes opératoires dans une même catégorie, plus l’on est performant ».

Performance et réactivité ont engendré au fil des années, des délais d’intervention de plus en plus courts : « en orthopédie, tout est réglé, ce qui a conduit à des gains de temps importants ». Ainsi, certains actes chirurgicaux qui pourraient prendre 2 heures dans un autre établissement de santé dureront 45 minutes à l’Institut Calot, grâce à l’expérience et l’hyperprofessionnalisation de l’équipe chirurgicale. 

Le Docteur Baert insiste également sur les taux d’infection, qui sont très faibles à Hopale. « C’est une très bonne chose pour le classement, permise notamment grâce à un environnement très aseptisé ».

.

Quand faut-il avoir recours à une prothèse de hanche ?

Quand une articulation est détruite, à cause d’une arthrose, d’un rhumatisme inflammatoire ou d’une ostéonécrose, la pose d’une prothèse totale de hanche devient nécessaire. Pour le patient, les symptômes sont alors essentiellement des douleurs malgré les traitements médicaux et la limitation de la mobilité empêchant les actes de la vie quotidienne.
Après examens et diagnostic par le chirurgien, la décision d’opérer pourra être prise, avec pour objectif une réhabilitation rapide et un retour à une vie normale en 2 à 3 mois.

.

Traitement chirurgical

Le jour de l’opération, l’intervention se déroule au bloc opératoire, sous anesthésie générale ou locorégionale. Elle peut également être complétée par la réalisation de blocs nerveux qui diminuent significativement les douleurs postopératoires.

La pose de prothèse peut être réalisée selon plusieurs voies, comme l’explique le docteur Baert, « qui donnent toutes des résultats satisfaisants ». La voie antérieure est une technique mini-invasive, permettant une récupération rapide, ou le chirurgien écarte les muscles sans les sectionner. La nouvelle table d’opération orthopédique dont dispose Hopale a notamment permis de développer cette méthode. La voie postéro-latérale quant à elle, a l’avantage d’être modulable et est également privilégiée dans les reprises.

Dans les deux cas, l’intervention dure moins d’une heure. Le lendemain, le patient sera mis en fauteuil, et la marche pourra être reprise à partir du 2ème jour post-opératoire. La durée de vie d’une prothèse est variable, selon l’âge du patient, ses activités et le type d’implant posé. A la Fondation Hopale, les prothèses sans ciment sont privilégiées.

.

Résultats et suivi

Les résultats sont habituellement excellents, proches d’une hanche anatomique normale. Cependant, la prothèse de hanche doit être surveillée par le chirurgien. Dans un premier temps rapprochées, les consultations s’espaceront à 2 ans, 5 ans puis tous les 5 ans. Cette surveillance est nécessaire afin de juger du moment où il faudra envisager un changement d’une partie ou de la totalité de la prothèse en raison de son usure et/ou de son descellement débutant (durée de vie de 15 à 25 ans voire plus pour les prothèses nouvelle génération).

.

Les points forts de la prise en charge

« C’est l’expérience des équipes chirurgicales qui est privilégiée » rappelle le Docteur Baert. « Mais nous ne nous fermons pas pour autant aux autres techniques chirurgicales » preuve en est de la nouvelle table orthopédique. Par ailleurs, l’Institut Calot dispose d’un plateau d’imagerie complet sur place, ainsi que d’une prise en charge pluridisciplinaire comprenant médecine, chirurgie et rééducation au sein de la même structure.